Passions et Partage
un site ou il fait bon se rencontrer... pour prendre un peu de temps pour rire, partager ses passions et ses talents.. son humour... rire et s'amuser... se cultiver... dans la joie et la bonne humeur... et surtout dans le respect de tous...
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 S’enregistrerS’enregistrer    ConnexionConnexion 

Années 50 - le docteur Jivago
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
   Passions et Partage Index du Forum  .::. PASSIONS ET PARTAGE - General  .::. GENERAL

Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Auteur Message
mimi33445
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Nov 2008
Messages: 1 424

Message Posté le : Ven 2 Oct - 14:23 (2009)    Sujet du message : Années 50 - le docteur Jivago Répondre en citant

Le docteur Jivago, roman interdit de Boris Pasternak  
 
 
 
 
Docteur Jivago - Omar Shariff, julie Christie dans le film de David Lean  
 
"De l'immense majorité d'entre nous, on exige une duplicité constante, érigée en système." Boris Pasternak 
 
 
"En raison de la signification attachée à votre prix par la société dans laquelle je vis, je dois renoncer à la récompense imméritée qui m'a été accordée. Ne prenez pas en offense mon refus volontaire" écrit en français Boris Pasternak dans le télégramme qu'il envoie, le 28 octobre 1958 à l'Académie Royale de Suèdepour refuser le prix Nobel qui vient de lui ëêtreattribué. De 1946 à 1950, le  nom de Pasternak fit partie de la liste finale des candidats au Nobel, mais c'est le roman "Docteur Jivago", paru en 1957, qui emporte la décision du Comité du Nobel. 
 
Avec la reprise de la terreur stalinienne en 1946, Pasternak, âgé de 56 ans, perd toute illusion sur le régime soviétique et s'attelle à ce roman en partie autobiographique. Il rencontre dans les bureaux du "Monde nouveau" Olga Ivinskaïa,âgée de 22 ans.  C'est le coup de foudre, elle sera son modèle pour le personnage de Lara. En 1949  le KGB qui veut faire pression sur Pasternak arrête OLga  et l'expédie dans un camp, enceinte, elle perd le bébé. Elle est libérée à la mort de Staline et  reprend sa vie auprès de Pasternak. Après la publication du roman elle est de nouveau expédiée au goulag pour quatre ans. Unique roman du poète russe,  "Le Docteur Jivago" est achevé en 1955.  
 
 
 
 
Boris Pasternak (3eme a partir de gauche) Congrès des écrivains soviétiques 1934 
 
"Le Docteur Jivago" est une fresque historique des "années terribles de la Russie",  retraçant les bouleversements qu’ont connus la Russie, puis la nouvelle Union soviétique, entre 1906 et 1929, mais c'est aussi un roman d'amour, l’histoire d’un trio. Une jeune femme, Lara, d’origine bourgeoise mais pauvre, épouse Pavel Antipov, fils d’ouvrier. Celui ci devient en 1917 un révolutionnaire impitoyable. Lara mobilisée lors de la première Guerre mondiale fait la connaissance Iouri Jivago, médecin et poète, ils se retrouveront à plusieurs reprises durant ces années troublées, mais devront se séparer. Jivago en mourra. 
 
À travers l'histoire d'un amour impossible, Pasternak rend compte du conflit qui s’est joué au sein de  la révolution bolchevique entre deux conceptions. Celle incarnée par Pavel Antipov prêt à sacrifier  sentiments et la vie d’autrui aux intérêts supérieurs de l’histoire  et celle de Iouri Jivago qui refuse de sacrifier des hommes au nom d’idéaux qui, une fois incarnés dans l’histoire, s’identifient aux puissances du mal. Le révolutionnaire ne sait répondre au mal que par le mal. L' abandon fataliste de Jivago à la vie n'est pas  démission, mais l'acceptation d'une mission prophétique qui implique le sacrifice de soi-même. 
 
C'est, en arrière-fond la Russie stalinienne qui se profile  avec la grandeur de ses débuts et la violence glacée des années staliniennes : purges, exécutions sommaires et mensonge institutionnalisé. "Il a été l'âme et la conscience de l'une de ces curiosités rarissimes: le visage et la voix d'une grande tempête russe, unique et extraordinaire [...] Il a pris la responsabilité d'une débauche de sang et de destruction comme le monde n'en avait encore jamais vu." écrira Pasternak de Staline après la mort de celui-ci. 
 
 
 
 
Boris Pasternak  et Akhmatova (poete russe) dans les années 40
 
 
 
 
Boris Pasternak (au second rang) avec des soldats soviétiques en 1943 
 
 
"De l'immense majorité d'entre nous, on exige une duplicité constante, érigée en système. On ne peut pas, sans nuire à sa santé, manifester jour après jour le contraire de ce qu'on ressent réellement, se faire crucifier pour ce qu'on n'aime pas, se réjouir de ce qui vous apporte le malheur " (Le Docteur Jivago, XV, 7). 
 
"Il y a longtemps que je n’avais lu un ouvrage vraiment russe, apparenté à la littérature d’un Tolstoï, d’un Tchekhov, d’un Dostoïevski. Le Docteur Jivago relève incontestablement de cette dimension supérieure. [...] Voilà pourquoi il m’importe peu de savoir si Le Docteur Jivago est un roman, un tableau de mœurs sur la première moitié du XXe siècle, ou Dieu sait quoi. Il y a beaucoup d’idées exprimées par Vedeniapine, Lara et Jivago lui-même, sur lesquelles j’ai envie de méditer, et elles vivent en moi indépendamment du roman, de même que le trouble intérieur qu’elles soulèvent."  Lettre de Varlam Chalamov à Boris Pasternak 
 
Boris Pasternak début 1956, adresse le manuscrit du "Docteur Jivago" à trois revues soviétiques (Literatournaïa Moskva, Znamia et Novy Mir) et,  en même temps le fait passer à l'éditeur communiste  italien Giangiacomo Feltrinelli. 
 
 "J'ai transmis un exemplaire à une maison d'édition communiste italienne et j'attendais la parution du livre censuré à Moscou, écrivait Pasternak dans une lettre au bureau de l'Union des écrivains soviétiques. J'étais prêt à corriger tous les passages inacceptables...". 
 
 
 
 
Boris Pasternak avec Olga Ivinskaia et sa fille , Irina, en 1959 
 
 
Dans le rapport du département de la culture du comité central sur «un roman inédit de B. Pasternak»  en aout 1956 "Le Docteur Jivago" est qualifié de «calomnie haineuse» contre la révolution soviétique. Les autorités soviétiques somment Pasternak  d’écrire Feltrinelli de lui retourner son manuscrit. « Lettre rédigée au Comité central sous menace de mort. » notera Pasternak en marge. Mais Feltrilleni  prévenu qu'il ne doit tenir compte d'aucune lettre écrite en russe ne bouge pas et malgré les pressions, en novembre 1957, la toute première édition du "Docteur Jivago"  parait chez l’éditeur italien . Le monopole du Parti sur la production littéraire soviétique est brisé. Des 1958  Collins, à Londres, et Gallimard, à Paris publie le roman en anglais et en français. 
 
En  octobre 1958, le Nobel de littérature lui est attribué, dans un premier temps Pasternak accepte de se rendre le 10 décembre à la réception de son prix. Nikita Khrouchtchev  fou furieux lança une campagne de presse déchainée contre l'écrivain. Le Comité central déclare que  le geste de l'Académie Royale suédoise est une manifestation d'hostilité à l'égard de l'U.R.S.S.  
 
Le poète Alexandre Tvardovski, rédacteur en chef du mensuel le Monde nouveau écrit : «Une fin sans gloire attend aussi le Judas ressuscité, le Dr Jivago, et son auteur, qui aura pour lui le mépris du peuple.»
 
Pasternak, déjà  malade, renonce à se rendre à Stockholm, et écrit à Khrouchtchev : « Le départ hors des frontières de ma patrie équivaudrait pour moi à la mort, et c’est pourquoi je vous prie de ne pas prendre à mon égard cette mesure extrême. » En novembre 1958 , la Pravda publie une lettre de Pasternak dans laquelle il dit regretter que son roman ait été perçu comme une attaque contre la révolution d'octobre et les fondements du système soviétique. 
 
 
 
 
Leonard Bernstein et sa femme  Felicia Montealegre avec  Boris Pasternak, Moscou  1959 
 
 
Pasternak est exclu de l'union des écrivains. "L'attitude de Pasternak, membre de l'Union des écrivains de l'U.R.S.S. Il est devenu une arme de la propagande bourgeoise [...]. Il a rompu les derniers liens avec le pays et son peuple. [...] Considérant sa trahison à l'égard du peuple soviétique, du socialisme et du progrès, Le présidium retire à Boris Pasternak la qualité d'écrivain soviétique [...]." En janvier 1959, il écrit le poème "Prix Nobel" dont voici la première strophe : "Ils m'ont traqué et pris au piège -Chez moi, ils m'ont fait prisonnier. - La meute hargneuse m'assiège. - Pourtant, je sais la liberté". Après deux infarctus, Boris Pasternak meurt d’un cancer des poumons le 30 mai 1960. 
 
Vladimir Nabokov , lui, détestait "Le docteur Jivago", il soupçonnait même que "[...] Les Soviets dénonçaient hypocritement le roman de Pasternak (dans le but de faire monter les ventes à l'étranger, pour en empocher les profits, et pour consacrer ceux-ci à financer leur propagande) [...] Tout Russe sensé peut constater immédiatement que ce livre est un livre pro-bolchevique et historiquement faux, ne serait-ce que parce qu'il passe sous silence la révolution libérale du printemps 1917 ; en plus, le bon docteur accepte avec une joie délirante le coup d'État bolchevique qui intervient sept mois plus tard - tout cela est entièrement conforme à la ligne du parti. Mais laissons de côté la politique, ce livre est une chose pathétique, il est maladroit, trivial, mélodramatique, avec des situations éculées, des avocats lascifs, des jeunes filles invraisemblables, et des coïncidences banales. [...] Oui, j'ai applaudi à son prix Nobel à cause de ses vers. Dans Le Docteur Jivago, pourtant, sa prose n'est pas à la hauteur de sa poésie." 
 
"Le docteur Jivago"  n'a pu être publiée  en URSS qu' en 1988, grâce à la politique de "glasnot" de Mikhaïl Gorbatchev.  
 
 
 
Krouchtchev et sa femme à la Maison Blanche avec Eisenhower et sa femme en 1959 
 
 
********************************************************************************************************************************************************** 
 
 
 
A. A. Murashko Portrait de Boris Pasternak 1917  
 
 
Boris Pasternak  
 
Boris Pasternak naît en 1890 à Moscou, sa mère est pianiste, son père peintre (Leonid Ossipovitch Pasternak, 1862-1945). Il étudie la philosophie à Moscou et fait un sejour en Allemagne à l'Université de Marburg. Il fait paraitre en 1914 son premier recueils de poesie, "Un jumeau dans les nuées", mais c'est seulement en 1922 qu'il accède à la célébrité avec la publication de  "Ma sœur la vie".  Il fait un bout de chemin avec Maïakovski  et le groupe LEF, dont les adhérents veulent mettre une esthétique d'avant-garde au service de la révolution. Rebuté par leur dogmatisme il s'en sépare rapidement.  
 
 
 
 
Boris Pasternak, sa  femme , Evgeniia Pasternak,  et leur fils 1924 
 
 
Va commencer alors une période difficile ou il est dénoncé comme idéaliste et  individualiste. En 1934 il est neammoins admis dans dans la nouvelle Union des écrivains soviétiques. En 1935 Staline l'envoie à Paris au Congrès international des écrivains pour la défense de la culture. En 1936 Malraux  et Gide lui rendent visite à Moscou.  La terreur stalinienne des années 1936-1938 le réduit au silence. Pasternak se consacre alors exclusivement a des traductions de Shakespeare, Keats, Shelley ou Verlaine. Il echappe ainsi au goulag.
 
En 1945 il entreprend "Le docteur Jivago" qui est publié en 1956 en Italie.A partir de 1947 il entretient une relation amoureuse passionnée avec Olga Ivinskaïa. Aprés avoir été obligé de refuser le prix Nobel il meurt en 1960 à  Pérédelkino. 
 
 
 
 
Funérailles de Boris Pasternak 1960 




















Revenir en haut
              

Publicité






Message Posté le : Ven 2 Oct - 14:23 (2009)    Sujet du message : Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
              

   Passions et Partage Index du Forum .::. GENERAL
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Montrer les messages depuis :   

 
Sauter vers :  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Template by .: SGo :.