Passions et Partage
un site ou il fait bon se rencontrer... pour prendre un peu de temps pour rire, partager ses passions et ses talents.. son humour... rire et s'amuser... se cultiver... dans la joie et la bonne humeur... et surtout dans le respect de tous...
 
 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups 
 RegisterRegister    Log inLog in 

Mythologie scandinave - La légende des Nibelungen
Post new topic   Reply to topic
   Passions et Partage Forum Index  .::. PASSIONS ET PARTAGE - General  .::. GENERAL

Previous topic .::. Next topic  
Author Message
mimi33445
Administrateur

Offline

Joined: 08 Nov 2008
Posts: 1,424

Post Posted : Sun 11 Oct - 13:53 (2009)    Post subject : Mythologie scandinave - La légende des Nibelungen Reply with quote

La légende des Nibelungen  
 
1° Histoire de la légende des Nibelungen –  
 
 
Il existe deux versions de la légende des Nibelungen. La première, la plus ancienne, est d’origine scandinave (elle nous fut rapportée grâce aux Eddas.) ; la seconde est datant du XIII° siècle, est d’origine allemande. Cette dernière nous est narrée dans la Chanson des Nibelungen (Nibelungenlied en allemand.). 
 
 
En effet, au XIII° siècle, des textes datant du VIII° siècle furent retrouvés en Allemagne. Les textes composant cette épopée composée de 39 aventures furent alors restaurés, puis furent recopiés 34 fois (le récit des troubadours comptait 33 heures, dans son intégralité.).  
 
 
 
 
La première page du manuscrit racontant la légende des Nibelungen, XIII° siècle. 
 
 
Cependant, il existe des différences notables entre la saga scandinave et l’œuvre allemande (en effet, la chanson réécrite au XIII° siècle est influencée par le christianisme, alors que les auteurs de l’Edda originelle étaient des païens.).   
 
 
Cette légende est une des bases de la culture allemande. Par son ancienneté, l’on pourrait la comparer à la Chanson de Roland, cependant, la Chanson des Nibelungen fut largement plus popularisée : elle fut à l’origine de centaines d’œuvres littéraires et musicales. Par exemple, elle inspira le compositeur allemand Richard Wagner, qui consacra à cette légende une œuvre composée de quatre opéras : L’Anneau du Nibelung. Le réalisateur allemand Fritz Lang réalisa en 1924 le film Les Nibelungen : La Mort de Siegfried.    
 
 
 
 
Affiche du film Les Nibelungen : La Mort de Siegfried, 1924 (Fritz Lang s'est inspiré du récit wagnérien pour faire ce film. C'est pour cette raison que l'affiche présentée ici montre Siegfried transpercé d'une lance, contrairement à ce qui est raconté dans la saga scandinave.).     
 
 
2° La légende des Nibelungen –  
 
 
Odin, Loki et Hoenir se promenaient alors dans Midgard, le monde des hommes. C’est alors que Loki, apercevant une loutre qui mangeait un saumon, décida de la tuer. Lui lançant une pierre sur la tête, il la tua sur le coup. Loki était bien content : il avait réussi à s’emparer de deux repas. Par la suite, ils se rendirent dans la maison de Hreidmar, un puissant magicien, et lui demandèrent l’hospitalité (en échange de la loutre.). Cependant, Hreidmar resta interdit en apercevant le ‘cadeau’ que lui faisaient les Ases : en effet, l’animal que le dieu avait tué n’était autre que Otter, le fils du magicien. Hreidmar demanda alors à Fafnir et Regin, ses deux autres fils, de s’emparer des trois dieux et de les emprisonner. Les trois dieux proposèrent alors un marché au magicien : la liberté contre une rançon que Hreidmar devrait fixer. Ce dernier leur annonça alors qu’ils devaient lui apporter autant d’or que l’on pouvait en étaler sur la peau de loutre.  
 
 
Odin et Hoenir restèrent alors chez le magicien comme otages, alors que Loki fut chargé de trouver assez d’or pour libérer ses compagnons. Se rendant dans le Nidavellir, le monde des Nains. Ces derniers possédaient de grandes richesses qu’ils tiraient de leurs mines, en dessous des montagnes. Loki, après avoir traversé un long labyrinthe, parvint à capturer le nain Andvari[1], le plus riche nain du Nidavellir. Ce dernier, sous les menaces de Loki, dut alors abandonner toutes ses richesses. Loki aperçut alors que le nain portait un anneau à son doigt, bien qu’Andvari tentait de le dissimuler sous sa manche. Le dieu obligea alors le nain à lui remettre le bijou. Cependant, Andvari décida de se venger, et lança alors une malédiction sur cet anneau : quiconque porterait cette bague serait maudit à jamais. Mais Loki ne porta guère attention à cette malédiction, sachant que le trésor était destiné à Hreidmar… 
 
 
Retournant dans Midgard avec le trésor d’Andvari, Loki remit ensuite toutes ces richesses à Hreidmar. Cependant, Odin s’empara de l’anneau magique avant que le magicien ne s’en aperçoive. Hreidmar déposa donc l’or sur la peau de loutre, et ce dernier sembla satisfait. Seulement, une des moustaches de l’animal n’était pas recouverte par le trésor d’Andvari. Odin, la mort dans l’âme, se résigna à déposer l’anneau magique afin de s’acquitter de son serment. Les Ases furent alors libérés, et ils retournèrent à Asgard. 
 
 
Fafnir et Regin comptaient pouvoir profiter du trésor, eux aussi. Cependant, Hreidmar, qui avait mis l’anneau magique à son doigt, décida de garder l’or pour lui seul. Furieux, ses deux fils décidèrent de tuer leur père : Regin tua donc Hreidmar, pendant que Fafnir s’emparait du trésor. Regin demanda alors la moitié du trésor à son frère, mais ce dernier refusa : l’épée Hrotti à la main, et coiffé du heaume Tarnhelm (qui permettait à son détenteur de se transformer à volonté et d’insuffler la peur dans le cœur de ses ennemis.), il se transforma en dragon et s’enfuit 
 
 
Les années passèrent, et de nombreux héros tentèrent de s’emparer du trésor. Cependant, ils ne réussirent pas et se firent tous tuer par Fafnir.   
 
 
Mais Regin n’acceptait pas la trahison de son frère, qui l’avait privé du trésor. Devenu l’orfèvre du roi du Danemark, il reçut alors la tâche d’éduquer le jeune Sigurdr[2]. Avec le temps, Regin parvint à exciter la convoitise du jeune homme en lui parlant des trésors de Fafnir. Sigurdr, intéressé, demanda à ce que Regin lui confectionne une arme. Cependant, le jeune homme était trop puissant, et parvenait à briser les épées que Regin lui confectionnait. Sigurdr se rendit alors auprès de sa mère Hjordis, afin de récupérer les morceaux de Gramr, l’épée brisée de son défunt père, Siegmund. Regin parvint alors à forger une épée exceptionnelle, avec laquelle Sigurdr pourrait défier Fafnir. 
 
 
 
 
 
Sigurdr dans la forge de Regin, fresque réalisée par W. Von HANSCHILD, 1880. 
 
 
Sigurdr, montant Grani (un des fils de Sleipnir, le cheval octopode d’Odin.), accompagné par Regin, se dirigèrent vers Gnitaheidr, où se trouvait l’antre du dragon. Regin, après avoir dit à Sigurdr que le point faible du dragon était son ventre mou, décida de partir se cacher. Le jeune homme, quant à lui, prépara une embuscade en creusant un trou dans le sol.  
 
 
 
 
 
Sigurdr tuant le dragon Fafnir, sculpture sur bois, XIII° siècle. 
 
 
 
Lorsque Fafnir sortit de son antre, Sigurdr brandit son épée, et perça le cœur du dragon. Avant de mourir, ce dernier prévint le jeune homme de la malédiction qui pesait sur l’anneau magique, mais ce dernier n’y prêta pas attention. 
 
 
Sortant de sa cachette, Regin, après avoir bu du sang du dragon, proposa d’ôter le cœur du dragon afin de le cuire et de le manger. Sigurdr obtempéra, et Regin décida alors de faire un somme. Le jeune homme arracha alors le cœur du dragon et le fit cuire. Au bout d’un moment, Sigurdr décida de toucher le cœur afin de voir si ce dernier était assez cuit. Un peu de sang en ébullition tomba sur le doigt du jeune homme, qui le porta à sa bouche.  
 
 
 
 
 
Sigurdr léchant son doigt, recouvert de sang de dragon, sculpture sur bois, XIII° siècle.  
 
 
C’est qu’il reçut la faculté de comprendre les oiseaux, qui lui racontèrent que Regin comptait l’éliminer. Ce dernier étant assoupi, Sigurdr en profita pour se diriger vers lui et lui coupa la tête d’un coup d’épée. Le jeune homme mangea alors un morceau du cœur du dragon et conserva le reste. Puis, il posa le trésor sur le dos de Grani, s’en alla vers la cour du roi Gjuki, comme les oiseaux le lui avaient indiqué. 
 
 
Quelque temps après, Sigurdr rencontra la Walkyrie Brynhild, qui était prisonnière d’un cercle de feu magique, au sommet d’un rocher nommé Hindarfjall. Sigurdr pénétra alors à l’intérieur du cercle de feu et réveilla la jeune femme. C’est alors que cette dernière lui révéla qu’elle était une Walkyrie qui avait désobéi à Odin (elle avait tué un guerrier qui n’aurait pas du mourir.), et que ce dernier avait donc décidé de la bannir. Sigurdr, tombant amoureux de la jeune femme, lui donna l’anneau des Nibelungen en gage d’amour. 
 
 
Par la suite, Sigurdr se rendit au palais du roi Gjuki, de la lignée des Nibelungen. L’épouse de ce dernier, la reine Grimhild, était une redoutable magicienne. Cette dernière avait trois fils (Hogni[3], Gunnar et Guttorm.) et une fille, Gudrun. Elle se rendit vite compte l’avantage de l’avantage qu’il y avait à unir sa fille à un héros tel que Sigurdr. Grimhild fit alors boire de l’hydromel magique au héros, qui oublia alors son amour pour Brynhild. Envoûté, Sigurdr épousa alors Gudrun, et lui offrit le cœur du dragon. Cette dernière en mangea un morceau, et devint aussi savante que cruelle. Au cours de leurs noces, Sigurdr passa une alliance avec ses beaux frères, Hogni et Gunnar. 
 
 
Mais, peu de temps après, Gunnar voulut lui aussi assurer la lignée des Nibelungen. Il décida alors de se rendre auprès de Brynhild, qui se trouvait toujours en haut de son rocher, entourée d’une barrière de flammes. Arrivant à Hindafels, Gotti, le cheval de Gunnar, refusa de franchir le cercle de flammes. Sigurdr proposa alors à son beau frère de monter Grani, mais ce cheval refusait d’être monté par un autre cavalier que Sigurdr. Le héros décida alors de se métamorphoser en Gunnar, grâce au heaume Tarnhelm. Ainsi, il franchit le cercle de feu, et approcha la Walkyrie. Sigurdr demanda alors la main de Brynhild, qui accepta, et lui proposa de partager sa couche. Le héros accepta, bien qu’il posa son épée Gramr entre leurs deux corps, ne voulant pas trahir Gunnar. Le matin, Brynhild et Sigurdr (toujour transformé en Gunnar.) décidèrent de sceller leur union, échangeant leurs anneaux. C’est ainsi que Sigurdr rentra à nouveau en possession de l’anneau magique. Ramenant Brynhild au palais, Sigurdr reprit son véritable visage à la première occasion venue. 
 
 
Mais un jour, alors que Brynhild et Gudrun se lavaient les cheveux dans la rivière, un drame survint. La Walkyrie, prétextant que Gunnar était le plus grand des héros, énerva Gudrun, qui décida de défendre Sigurdr. Elle révéla alors à Brynhild que son époux avait térassé le dragon Fafnir, s’était emparé de son trésor, et avait pris l’apparence de Gunnar pour soumettre la Walkirie. Comme preuve, Gudrun montra à sa rivale l’anneau des Nibelungen, que Brynhild avait donné à Sigurdr (transformé en Gunnar.) le jour où ils s’étaient mariés. Folle de rage, la Walkyrie décida de se venger. 
 
 
Brynhild demanda alors à son mari de tuer Sigurdr, car, disait elle, il représentait une menace pour la postérité des Nibelungen. Gunnar et Hogni, attirés par le trésor de Sigurdr, ne pouvaient pas s’en prendre à lui, sachant qu’ils étaient liés par un pacte. Ils demandèrent alors à leur jeune frère Guttorm de se charger de ce forfait. Une nuit, ce dernier pénétra dans la chambre de Sigurdr, qui était alors assoupi. Levant alors son épée, Guttorm transperça alors son beau frère, qui ne mourut néanmoins pas sur le coup. Se réveillant, il s’empara de son épée Gramr, et trancha son assassin en deux. Cependant, Brynhild, submergée de chagrin et de remords, décida de suicider, s’empalant sur Gramr, l’épée de Sigurdr. Déposés sur une barque funéraire qui fut alors incendiée, Sigurd et Brynhild partirent ensemble pour l'autre monde. 
 
 
 
 
 
Les funérailles de Sigurdr et Brynhild, C. BUTLER, 1909. 
 
 
Par la suite, Gudrun s’enfuit du château, répugnée par le meurtre qu’avaient commis ses frères (en outre, Siegmund, le fils qu’elle avait eu avec Sigurdr, avait été tué lui aussi.). Cependant, Gunnar et Hogni décidèrent de la rejoindre, proposant un dédommagement à leur sœur en compensation du meurtre de son époux. 
 
 
Rentrant alors au palais familial avec eux, La reine Grimhild fit boire un philtre magique à ses enfants, afin qu’ils ne se souviennent plus de leur mésentente. Par la suite, les Nibelungen poussèrent Gudrun à épouser le roi Atli. 
 
 
Mais ce dernier n’était intéressé que par l’or de Sigurdr, qui était dès lors entre les mains de Gunnar et Hogni. Atli, invitant les deux frères chez lui, les trompa et les fit prisonniers. Interrogeant Gunnar, il lui demanda où se trouvait le trésor. Ce dernier répondit qu’il ne révélerait son secret que si Atli lui présentait le cœur de Hogni. Atli commença par présentant un cœur d’esclave à Gunnar, mais ce dernier ne fut pas dupe, et ne parla pas. Alors, le roi décida de tuer Hogni, et de montrer son cœur encore chaud à Gunnar. Ce dernier éclata alors de rire, disant à Atli que maintenant que son frère était mort, il était le seul à savoir où se trouvait le trésor. Le roi, furieux d’avoir été trompé, jeta alors Gunnar dans une fosse remplie de serpents, et ce dernier mourut, mordu par les reptiles. 
 
 
Par la suite, Atli prépara un banquet pour les funérailles de Gunnar et Hogni. Cependant, Gudrun, au cours des préparatifs, tua les enfants qu’elle avait eu avec Atli. Au cours du banquet, elle versa de l’hydromel dans leurs crânes, et servit leur cœur à manger. Elle révéla alors la vérité à Atli, qui était trop soûl pour comprendre quoi que ce soit. Au cours de la nuit, accompagnée par les fils de Hogni, elle tua Atli, brûla son palais, et décida de prendre la fuite. 
 
 
Peu de temps après le meurtre d’Atli, Gudrun s’enfuit en bateau. C’est alors que les courants la conduisirent sur les rives d’une contrée gouvernée par le roi Jonakr. Ce dernier, succombant aux charmes de la jeune femme, décida alors de l’épouser. Ensemble, ils eurent trois enfants, Hamdir, Sorli et Erp. En outre, Gudrun fit venir sa fille Swanhild (qu’elle avait eu avec Sigurdr.) à la cour du roi Jonakr.   
 
 
Les années passèrent, et Swahild devint une belle jeune femme… ce qui ne manqua pas d’attirer les convoitises. Jormunrek, le vieux roi d’un pays voisin, décida d’épouser la jeune fille, et envoya alors son fils Randver. Swanhild accepta, et partit rejoindre son époux. Cependant, au cours du trajet de retour, Bikki, le conseiller du roi Jormunrek, demanda à Randver pourquoi la jeune fille devait être mariée à un vieux roi. Randver, intéressé par l’idée de Bikki, décida alors d’épouser Swanhild. Bikki s’empressa alors de raconter au vieux roi la trahison de son fils. Se sentant trahi, Jormunrek fit alors exécuter son fils. Puis, par la suite, il fit aussi tuer Swanhild, qu’il tenait responsable de ses malheurs (alors qu’elle prenait son bain, le roi la fit piétiner par ses cavaliers jusqu’à ce que mort s’en suive.). 
 
 
Gudrun, folle de rage, décida de monter un plan contre Jormunrek. Elle ordonna alors à ses fils d’aller tuer le vieux roi. Sorli devait lui couper les bras, Hamdir devrait lui couper les jambes, et Erp devrait lui couper la tête. 
 
 
Cependant, alors que les trois garçons faisaient route vers le palais de Jormunrek, ils commencèrent à émettre des doutes quant au bien fondé de leur mission. Erp tenta tant bien que mal de les convaincre à obéir à leur mère, mais Sorli et Hamdir ne voulurent rien entendre. Furieux contre Erp, qui était le fils préféré de leur mère, ils décidèrent de le tuer.  
 
 
Mais, effrayés de ce que leur mère pourrait faire si elle apprenait le meurtre de Erp, Sorli et Hamdir décidèrent donc de se rendre chez Jormunrek. Au cours de la nuit, ils pénétrèrent dans la chambre du vieux roi. Sortant leurs épées, Sorli lui coupa les bras, et Hamdir lui coupa les jambes. Ils se repentirent alors du meurtre de leur frère, qui n’était plus là pour couper la tête de Jormunrek. Ce dernier, hurlant de douleur, parvint à ameuter sa garde, et ordonna de mettre à mort les deux frères. 
 
 
C’est donc dans le sang que se termine la légende des Nibelungen.  
 
 
************************************************************************************ 
 
 
[1] Dans la chanson allemande, Andvari est nommé Alberich. 
[2] Dans la chanson allemande, Sigurdr est nommé Siegfried. 
[3] Dans la chanson allemande, Hogni est nommé Hagen. 


Back to top
              

Publicité






Post Posted : Sun 11 Oct - 13:53 (2009)    Post subject : Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
              

   Passions et Partage Forum Index .::. GENERAL
Post new topic   Reply to topic
Page 1 of 1
All times are GMT + 1 Hour
Display posts from previous :   

 
Jump to :  

Index | Administration Panel | Create a forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group

Template by .: SGo :.